Gratuité des voyages en train en Slovaquie: une coûteuse diversion ?

« Les meilleures choses dans la vie sont gratuites ». C’est peut-être ce à quoi pensait le parti social démocrate Smer, au pouvoir en Slovaquie, lorsqu’il a décidé de rendre gratuit les voyages en train pour les étudiants et les retraités. Environ 2,5 millions d’habitants sur les 5,5 millions qui peuplent la Slovaquie auront la possibilité de voyager en train gratis. Cela comprend les étudiants âgés de moins de 26 ans, les personnes touchant une retraite et les plus de 62 ans, et implique des trajets en seconde classe sur tous les trains locaux et rapides publics, ainsi que les trains régionaux de la compagnie de transport privée RegioJet. Cette politique de trains gratuits est un louable effort pour alléger la charge financière des catégories sociales les moins fortunées mais également pour pousser les gens à utiliser davantage le chemin de fer comme moyen de transport plus écologique. Cependant, il existe des difficultés et d’importantes controverses politiques concernant l’implantation de cette mesure.

csm_Vlak%20a%20Tatry_437eba5f95

Le voyage en train ne sera certainement pas aussi « gratuit » que ça. Il est estimé que la mise en place de la démarche, de plus faibles recettes sur les ventes de billets et l’installation de nouvelles correspondances en réponse à la demande accrue resserreront le budget de 30 millions d’euros au lieu des 13 millions initialement prévus. De plus, il est bien connu que le service national de chemin de fer est dans le rouge, c’est pourquoi il a besoin des subventions de l’État – rien que l’année dernière, 200 millions d’euros ont été dépensés pour garder le réseau national de trains opérationnel. Pour mettre ces chiffres en perspective, le gouvernement prévoit de couper le budget de l’Académie Slovaque des Sciences, l’institut national de la recherche, de 10 millions d’euros (-16,9%), ce qui affectera de manière significative les espoirs de travail des jeunes chercheurs en raison des licenciements.

Qui plus est, les trains sont déjà bondés aux heures de pointe et les voitures ont certainement vu des jours meilleurs, ce qui amène à penser que ce voyage en train ne vaut pas la peine de payer tel qu’il est. Si le voyage en train devient gratuit, la qualité du voyage en train deviendra probablement encore pire et il y aura encore moins de fonds à consacrer à des améliorations. Il est également possible que cela scinde le transport en train et les passagers devront choisir entre trains privés à haut prix et haut qualité ou des trains publics sans coût et de faible qualité.

Il n’est pas surprenant que le gouvernement du Smer choisisse un moment clé pour faire passer la mesure des trains gratuits – les élections communales de novembre ne sont pas loin. De manière plus controversée, cependant, le gouvernement a adopté l’ensemble de la politique alors que le parlement débattait de changements concernant l’impôt sur le revenu. Au final, pendant que le gouvernement donne 30 millions d’euros aux citoyens, il en reprend 265 millions sous la forme de versements plus élevés de la part des employeurs et petites entreprises. À l’avantage du gouvernement, les modifications de l’impôt sur le revenu ont peu attiré l’attention des médias comparé au train gratuit parce qu’elles impliquaient des changements compliqués de la loi que peu de personnes peuvent comprendre. Il est vrai que ces versements n’affectent pas directement les Slovaques comme la gratuité du train, mais ils les toucheront probablement indirectement car lorsque les employeurs sont financièrement sous pression, ce sont les employés qui la ressentent le plus.

L’idée de fond est que lorsque le gouvernement est généreux, il doit expliquer d’où il obtient l’argent pour agir. Malheureusement, les gens ont encore une compréhension simpliste de la gouvernance, pensant par exemple que le gouvernement a d’une manière ou d’une autre, une influence directe sur les salaires et les prix des magasins. Je pense qu’il est de notre devoir de citoyen d’avoir une pensée critique concernant les politiques du gouvernement – comme le budget de l’État qui est sous pression constante, où le bon sens induit que l’argent doit être pris quelque part. Ayons l’espoir qu’un jour il y aura assez de citoyens éduqués et à l’esprit critique pour stopper l’efficacité des politiques démagogiques. En attendant, nous pouvons au moins profiter de nos trajets en train gratuits.

 

De: Peter Vanik / Traduction: Jessy Périé

 

Publicités