Opinion : Quelle est la prochaine étape pour le bon sens de la papauté ?

Le monde religieux a tremblé, choqué et stupéfait, lorsque le Pape François – Chef d’État du Vatican, Chef de l’Eglise Catholique, et personnalité de l’année selon le Time – a eu cette phrase qui, contre toute attente, ne s’opposait pas la théorie du Big Bang ou de l’Évolution, mais au contraire la reconnaissait. Je suis prêt à parier que Richard Dawkins s’est senti soulagé à l’écoute de ces mots.

 

Pope Francis at St Peter's

Alors qu’il visitait l’Académie de Science du Vatican, le Papa déclara :

 

« Lorsque nous lisons le récit de la création dans la Genèse, on se risque à penser que Dieu était un magicien, capable de tout faire. Mais ce n’est pas le cas. Il a crée les êtres vivants and les a laissé se développer selon les lois intérieures qu’il donna à chacun d’eux, de façon à ce qu’ils puissent se développer et atteindre leur potentiel maximal.

Le commencement du monde n’est pas le résultat du chaos, mais d’un principe suprême qui créer en dehors de l’amour.

Le Big Bang, aujourd’hui considéré comme le commencement du monde, ne réfute pas l’intervention du créateur divin, mais au contraire en a besoin. La nature de l’Évolution n’est pas en contradiction avec la notion de création puisque l’évolution présuppose la création d’êtres qui évoluent. »

 

Ce n’est pas la première fois que le Pape est à l’origine de commentaires semblant contradictoires avec les croyances stéréotypées de l’Eglise catholique ordinaire. En effet, le Pape François a également tenu les propos suivants :

 1. Concernant l’obsession du sexe de l’Eglise catholique

« Nous ne pouvons pas seulement insister sur les problématiques liées à l’avortement, le mariage gay et l’utilisation de méthodes contraceptives. Ce n’est pas possible. Je n’ai pas beaucoup parlé de ce genre de choses, et on me l’a reproché. Mais lorsque nous parlons de ces problématiques, nous devons les réinsérer dans un contexte. D’ailleurs, l’enseignement de l’Eglise est clair et je suis un fils de l’Eglise, mais il n’est pas nécessaire de parler de ces problématiques tout le temps. »

2. Concernant les accusations d’abus sexuel sur enfant

« Parmi les pédophiles, 2% sont des prêtres, des évêques et des cardinaux. Les autres, plus nombreux, savent mais restent muets. Ils punissent sans donner la raison … Je trouve cette situation intolérable. »

 3. Concernant les modes de vie dépensier des clergés catholiques

« Cela me blesse lorsque je vois un prêtre ou une nonne avec le dernier modèle de voiture. Vous ne pouvez pas agir comme ça. Une voiture est nécessaire pour effectuer son travail, mais, s’il-vous-plaît, choisissez un modèle humble. Si vous aimez les modèles fantaisistes, réfléchissez seulement à combien d’enfants meurent chaque jour de faim dans le monde »

 4. Concernant la distance entre ses prédécesseurs et le peuple

« Les chefs de l’Église ont souvent été narcissiques, flattés et très contents de leurs courtisans »

5. Concernant le rejet de l’homosexualité par le catholicisme

« Un jour quelqu’un m’a demandé, d’une manière provocante, si j’approuvais l’homosexualité. Je lui ai répondu avec une autre question : « Dites-moi : lorsque Dieu regarde une personne homosexuelle, est-ce qu’il approuve l’existence de cette personne avec amour, ou la rejette et la condamne ? Nous devons toujours considérer l’être humain. »

 6. Oh ! Il a également assuré aux athés qu’ils n’ont pas besoin d’être croyants pour accéder au Paradis.

« Vous me demandez si le Dieu des Chrétiens pardonne à ceux qui ne croient pas et qui ne cherchent pas la foi. Je commence par répondre – et c’est le point fondamental – que la compassion de Dieu n’a pas de limites si vous allez vers lui avec un cœur sincère et contrit. La problématique pour ceux qui ne croient pas en Dieu est d’obéir à leur conscience.

Le pêché, même pour ceux qui n’ont pas la foi, existe lorsque l’on désobéit à sa conscience. »

 

Imaginez maintenant à quel point les conservateurs chrétiens doivent être choqués – spécifiquement ceux qui portent un jugement moral sur les valeurs des femmes, les droits sexuels et reproductifs, et la sexualité humaine.

 

Imaginez maintenant à quel point les croyants inconditionnels doivent être frustrés – spécifiquement ceux qui prennent la Bible au pied de la lettre, et pensent que le monde a été créé en six jours, ou que les humains ont un jour coexistés avec les Dinosaures.

 

Imaginez maintenant à quel point les croyants faisant de leur foi leur seule identité doivent être confus– spécifiquement les bigots pensant qu’ils sont supérieurs aux non-croyants et qu’ils se retrouveront dans une meilleure condition que les autres compte tenu du fait qu’ils accèderont au Paradis, ainsi que ceux qui condamnent et diabolisent les personnes de logique et de science.

 

Choqué et stupéfait, je dirais.

 

Depuis qu’il a été nommé Pape, François a été très bien accueilli par les religieux modérés, les agnostiques et les athéistes, et n’a essuyé qu’une brève période de critique de la part de la droite religieuse. Comparé à son prédécesseur, le Pape François est perçu comme un souverain pontife de modernité et de progrès. Je dirais même qu’il est le Pape du Bon Sens ; le leader du « Bon Sens » de la Papauté.

 

Ce n’est pas que je fais son éloge parce qu’il a un certain niveau de bon sens, mais je regrette que personne n’en ai eu avant lui. Après tout, les doctrines de l’Église (les autres groupes religieux inclus : Chrétiens, Évangélistes, tout ce que vous voulez) ont été depuis longtemps hypocrites, obsolètes et franchement absurdes.

 

Il y a de nombreux exemples et tous ne sont pas cités ci-dessous :

 

  • Le vieux dogme consistant à payer l’Église pour atteindre le Paradis, absoudre ses pêchés
  • Le vieux dogme ayant conduit à l’inquisition
  • Le vieux dogme ayant conduit à l’incarcération, la torture et le massacre en masse des femmes
  • Le vieux dogme ayant conduit à la condamnation de Galilée
  • La vieille croyance en une terre plate (malheureusement certains y croient encore), ayant également conduit à la large condamnation de la science et des scientifiques
  • La Croisade et toutes les guerres qui ont suivi au nom du Christ
  • Le phénomène actuel de viol d’enfant
  • La réticence de Benoit XVI de parler du viol systématique des enfants, ou de s’occuper de ce problème
  • Le caractère infâme, le préjudice, la discrimination et la persécution de ceux qui ont une orientation sexuelle différente
  • Les modes de vie dépensiers, alors que Jésus Christ est certifié comme étant un des premiers à avoir proposé l’aide sociale et l’équité

 

Je suis content de voir que le Pape (et par procuration l’Église Catholique) se met à jour autant de modernité et de sens dans ses valeurs. Il est cependant toujours triste de voir que les gens de foi ne peuvent pas changer leurs perceptions et points de vue sur les autres, et, qui plus est, sont tellement aveuglés par leur foi qu’ils ne peuvent faire preuve de bon sens dans leur vie quotidienne jusqu’à qu’un mec élu non-démocratiquement et résidant au Vatican leur dit d’agir autrement.

 

Pourquoi l’humanité ne peut-elle pas, sans la bénédiction du Pape, réaliser qu’il est simplement inhumain de diaboliser, discriminer et persécuter ceux qui ont des idées, une race, une sexualité ou une croyance différente ?

 

Pourquoi l’humanité ne peut-elle pas, sans la bénédiction du Pape, réaliser que ce n’est pas aux hommes de dicter à une femme ce qu’elle est en droit de faire avec son corps ?

 

Pourquoi l’humanité ne peut-elle pas, sans la bénédiction du Pape, accepter les notions fondamentales d’entraide, de paix et de compassion ?

 

Je suis ravi que l’Église Catholique ait un souverain pontife contemporain avec un sens de la raison et une conscience sociale. Je ne suis en revanche pas ravi de constater que l’humanité (ou au moins 1,5 milliard/25% de la population) a besoin du Pape pour réaliser que ce qui a été dit reflète simplement la morale humaine, la compassion, le respect mutuel et le bon sens. Dans de nombreuses situations, il semble que les gens de foi sont simplement trop aveuglés par leur foi de sorte à ce que l’humanité se détache des notions de bon sens et de morale.

 

Et, si je peux me permettre, je prie.

 

Je prie pour que le Bon Sens de ce Pape sensibilise le monde à l’intolérance raciale, et à l’intolérance de tous contre ceux qui ont des points de vue et des croyances différentes (particulièrement cette intolérance, qui prend la forme de la terreur, causé par l’Islamophobie). Peut-être que l’histoire du Bon Samaritain suffirait.

De: Benjamin Cheung / Traduit par: Marion Marigo

Publicités