L’année en revue : le top 10 des avancées scientifiques en 2014

ESA_Rosetta_Philae_CIVA_141007

2014 a été une année riche en découvertes scientifiques, mais qui furent éclipsées par les troubles sociétaux et les élections. Depuis le possible traitement contre la maladie d’Alzheimer jusqu’à l’atterrissage d’une sonde sur une comète en mouvement, voici une revue du top 10 des découvertes de 2014.

La mission Rosetta

Imaginez un vaisseau spatial lancé il y a 10 ans dans le but d’atterrir sur une comète située à 480 millions de kilomètres et se déplaçant à 140 000 kilomètres à l’heure. C’est ce qu’a réussi l’Agence Spatiale Européenne en novembre dernier, faisant de Rosetta la première sonde à se poser sur une comète. Rosetta fera la lumière sur les premières étapes de notre système solaire et de la formation de la Terre. Elle fournira également des indices sur la façon dont les premiers éléments chimiques qui ont conduit à la vie sont arrivés sur Terre.

Sérum de jeunesse

Serait-ce la Fontaine de Jouvence ? Cette année les chercheurs ont montré que le sang ou des composants sanguins de jeunes souris pouvaient rajeunir les muscles et le cerveau de souris plus âgées. Si les résultats se vérifient sur l’être humain, les éléments présents dans le sang jeune pourraient offrir un antidote à la vieillesse et possiblement traiter la maladie d’Alzheimer.

Donner naissance à un plus grand alphabet génétique

Le code génétique de chaque chose vivante se compose des quatre mêmes lettres génétiques, l’ADN résultant simplement de différentes combinaisons de ces 4 lettres. Mais pour la première fois sur la paillasse d’un laboratoire au sud de la Californie, des recherches ont conduit des bactéries à incorporer deux lettres supplémentaires dans leur alphabet génétique. Ces recherches pourraient être utilisées afin de créer des protéines de structure possédant des éléments de construction « contre-nature ». Cela constituerait un grand progrès dans la création de médicaments et dans la biologie synthétique.

Une cousine pour la Terre

Pour la première fois, des scientifiques de la NASA ont découvert une planète extraterrestre de la taille de la Terre, située dans la zone habitable de son étoile hôte, en utilisant le télescope Kepler. La « cousine de la Terre » pourrait détenir de l’eau liquide et de bonnes conditions pour le développement de la vie. Mais nous ne coloniserons pas cette planète de sitôt, cette cousine se situant à 490 années lumières de chez nous.

Stocker l’énergie solaire via les molécules

Des scientifiques du MIT et de l’Université d’Harvard ont conçu un moyen d’emmagasiner l’énergie solaire dans des molécules pouvant être ensuite exploitées dans la vie quotidienne. Ces molécules peuvent stocker la chaleur indéfiniment et être sans cesse réutilisées tout en n’émettant aucun gaz à effet de serre.

Des ondes gravitationnelles du Big Bang

En mars, des scientifiques annonçaient qu’ils avaient découvert des ondes gravitationnelles, « des ondulations dans l’espace-temps », censées être les premiers soubresauts du Big Bang. Les ondes furent détectées par un télescope (BICEP2), situé au Pôle Sud. La découverte soutient les prédictions de la théorie de la relativité d’Einstein ainsi que l’hypothèse de l’inflation cosmique. Les scientifiques seront désormais capables d’assembler une image précise de notre univers, lors de ses tout premiers instants.

Le plus gros essaim de robots de l’Histoire

Une étape de plus vers Skynet. Cette année plusieurs équipes de scientifiques ont démontré qu’avec ce nouveau logiciel, les robots pouvaient travailler ensemble sans contrôle humain. Au cours d’une étude, un millier de robots de la taille d’une pièce américaine de 25 cents se sont réunis en groupe pour former des carrés, des lettres et autres formations en 2D. Dans un autre projet 10 drones ont transmis leurs positions aux autres et ajusté leurs trajectoires pour éviter les collisions et voler en formation, créant un cercle en rotation.

Un chromosome de levure artificiel construit à partir de rien

Les humains manipulent le monde biologique depuis des siècles pour créer des choses – depuis la bière jusqu’aux antibiotiques. Après 7 ans de recherche, un groupe international de scientifiques a utilisé la biologie à un niveau tout à fait basique. Ils ont construit un chromosome de levure à partir de zéro et l’ont intégré dans une cellule de levure vivante. Cela marque une avancée significative dans le domaine de la biologie synthétique et constitue un grand pas en avant vers la création de génomes pour les plantes et les animaux.

Manipuler les souvenirs

Les recherches, utilisant une technique qui influe sur l’activité neuronale avec des faisceaux lumineux, ont montré que ces derniers pouvaient manipuler certains souvenirs spécifiques chez les souris. Effacer des souvenirs existants et en implanter des faux. Les chercheurs ont pu aller jusqu’à échanger des contenus émotionnels de la mémoire d’une souris d’heureux à triste et vice versa.

La sensation du toucher dans les prothèses

Les scientifiques ont créé artificiellement  pour la première fois des sensations naturelles. Igor Spetic qui a perdu son bras, fut le premier humain à essayer. Avec des électrodes connectées entre les nerfs et la prothèse, Spetic peut désormais sentir les textures, la pression et d’autres sensations. Il a également déclaré que 95 % de ses douleurs fantômes avaient disparu.

Auteur : Sinan Bingul – Traduction : Jessy Poirié

Publicités