Hong Kong : encore une année de manifestation?

A peine deux mois après la supposée fin du mouvement de manifestations Occupy Central, ils étaient à nouveau plusieurs milliers à défiler dans les rues de Hong Kong. Il s’agit d’un mouvement de protestation général tourné contre le leader Leung Chun-ying, et les politiques menées par les gouvernements hongkongais et chinois.

Les manifestants du Mouvement des Parapluies réclament un processus démocratique pour l’élection du dirigeant de cette région de Chine au statut administratif particulier. En tout, ce sont plus de 10 000 personnes qui se sont rassemblées dans le quartier d’affaire, sous leurs parapluies jaunes – symbole du mouvement – et derrière le slogan « Nous voulons une vraie démocratie ». Ces nouvelles manifestations s’inscrivent dans un contexte d’immobilisme des gouvernements chinois et hongkongais en ce qui concerne la réforme pourtant engagée.

_80705829_80705828

Des milliers de personnes manifestent dans les rues, contre le gouvernement

Malgré les craintes des autorités de voir les rues toujours occupées à la tombée de la nuit, les manifestants se sont dispersés et la police n’a eu à effectuer que peu d’arrestations. Le parti pro-démocratique pointe du doigt le fait que la réforme engagée récemment ne change en rien le fait que le choix des candidats aux élections de chef de l’exécutif revient systématiquement à Pékin, au détriment d’une nomination ouverte aux citoyens.

Si quelques groupes favorables à Pékin ont été vus aux manifestations, aucun incident n’a été à déplorer.

Joshua Wong, un étudiant pro-démocratie a mis en garde la population face au système de suffrage universel proposé par la Chine qui contiendrait selon lui des restrictions cachées. Après les trois mois qu’a duré le mouvement Occupy Central en 2014, la plupart des citoyens de Hong Kong en ont assez des politiques et ignorent même les tenants et aboutissants du débat entre le gouvernement qui maintient sa réforme et les manifestants qui appellent à plus de révolte.
3b39c50e54986c46349fd8064f9878f562e68f10

Les manifestants du mouvement Occupy Central et du Mouvement des parapluies ont promis de continuer leur lutte

Les manifestations du 1er février faisaient écho au soulèvement pro-démocratique survenu mi-janvier à l’intérieur même du Parlement de Hong Kong.

Un certain nombre de députés se sont engagés dans le sens de la protestation lors du discours annuel de politique générale du chef de l’exécutif. Les agents de sécurité ont été contraints d’en expulser certains qui brandissaient des parapluies jaunes et des pancartes durant le discours. Avec seulement 40% des sièges à l’Assemblée, les députés en faveur des mouvements de révolte sont trop peu nombreux pour faire face (la majorité des 2/3 étant requise).

Les pro-démocratie espèrent alors qu’un veto sera mis sur la réforme en marche, dans la mesure où elle ne changerait pas le système de désignation de candidat.
policyaddress2015

Le discours de politique générale de Leung Chun-ying de 2015 cible le logement et la jeunesse

Le discours de politique générale de Leung Chun-ying de 2015 a été un moment crucial après le mouvement Occupy Central grâce auquel les étudiants avaient pris place au centre de la scène. Soucieux de montrer son intérêt face aux revendications de la population, Leung Chun-ying a notamment mis l’accent sur les problèmes de logement.

Le gouvernement a alors promis la création d’aides au logement pour les jeunes, ainsi que des subventions pour les jeunes entrepreneurs. En leur proposant ces aides au logement, Leung Chun-ying veut passer l’éponge sur ce qu’il voit comme une erreur de la part des étudiants réclamant plus de démocratie. Une fois de plus, et dans le prolongement de sa rhétorique habituelle, Leung Chun-ying a évoqué sur un ton paternaliste la nécessité d’épargner le bâton aux étudiants, et celle de leur offrir plus de soins et d’attention.

En même temps que Hong Kong affirme avoir entendu les appels de ses étudiants pour plus de démocratie, le gouvernement entend également prendre des mesures pour corriger des erreurs et éviter les mauvaises interprétations des relations Hong Kong – Chine qui auraient été faites.

Le discours a également mis en avant l’importance de relations amicales avec la Chine continentale, et ce pour la bonne marche de l’économie de Hong Kong. A cet égard, il a mis en garde la population face au risque d’anarchie si ceux qui considèrent que « la croissance économique est un phénomène naturel » persistaient à vouloir déstabiliser Hong Kong.
cy-samtsang-a_0

Le chef de l’exécutif de Hong Kong devra faire face à une nouvelle année compliquée, politiquement comme socialement

Dans son discours, Leung Chun-ying a tenu à rappeler que Hong Kong ne jouit pas d’une autonomie absolue et est bel et bien sujette au pouvoir de Pékin. Ces remarques faisant écho au fait que la Chine avait évoqué le sujet des manifestations de Hong Kong dans son Livre blanc de 2014.

D’autre part, Leung Chun-ying a répété que « la sélection d’un chef de l’exécutif se fait en deux temps : la désignation et l’élection », réaffirmant alors la légitimité qu’a Pékin d’intervenir à un moment de la procédure. Le gouvernement de Hong Kong s’obstinant à suivre strictement la ligne directrice imposée par Pékin, à savoir le modèle « un pays, deux systèmes » qui maintient Hong Kong hors du champ international, et le mouvement pro-démocratique toujours aussi actif, l’année 2015 promet d’être agitée à Hong Kong.

Auteur: Roydon Ng

Traduction: Vincent Escoffier

Publicités