The Typewriter en voyage à Melbourne

Oh Melbourne…

Considérant le fait que j’ai vécu presque vingt-deux ans ici, le pur amour que je te porte est probablement très biaisé. Bien que cela puisse être vrai, j’aime à penser que ton ambiance décontractée, multiculturelle, tes parcs abondants et, peut-être même, ta météo changeante sont à même de susciter une attraction universelle.

Par Bethany Shoer – Traduction: Marion Marigo

Les touristes qui envient les températures bien plus chaudes de la région nord t’ont rejetée nombre de fois. Pour ce qui est des contraintes du voyage et des finances, c’est un rejet parfaitement compréhensible : une ville parsemée d’attractions touristiques sera plus attirante qu’une autre, qui compte pourtant de discrets assortiments de boutiques et cafés. C’est d’autant plus le cas si les touristes ont été coincés dans un avion pendant plus de quinze heures uniquement pour visiter l’Australie. Et, faisant partie des résidents vivant ici depuis longtemps et ayant désormais décidé de voyager, je me rends pleinement compte que ton éloignement géographique ne joue pas en ta faveur.

Ce que j’essaie de te dire, c’est que tu n’as rien à prouver à qui que ce soit. Autant que je sache, tu as déjà énormément de charme. Il est là, quand j’erre à la frontière de la ville au nord, essayant désespérément de trouver la tenue parfaite à travers je ne sais combien de piles de vêtements dans une de tes friperies. Il est là, lorsque je marche à grands pas le long de la Yarra, où je peux être enveloppée par les rayons du soleil. Et il est d’autant plus là, lorsque je lève les yeux au ciel dans un état de pure extase ou lorsque je goute à ta délicieuse nourriture à en tomber par terre. Ton charme se révèle de façon prudente, mais assurée, confirmant le fait qu’une ville n’a pas besoin d’être flashy pour être captivante.

World_Australia_yarra_river__staff_Victoria__Australia_023889_

La rivière Yarra

Les râleurs diront souvent que ce qui peut être trouvé à Melbourne peut être trouvé ailleurs. Bien sûr, n’importe qui vivant dans un environnement un tant soit peu multiculturel, est apte à visiter un marché pour acheter des produits frais, ou est capable d’aller voir une pièce de théâtre. Cependant, contrairement à ce que nous dit notre intuition, le fait que tu sois « peu originale » te rend en réalité unique. Avoir été élevée dans une famille ‘biraciale’ a été quelque chose de facile dans une ville qui adopte avec fierté un riche éventail de cultures. Et qui promeut également de nombreuses occasions pour les exprimer, occasions qui s’adaptent avec le temps. Aujourd’hui même, j’irai probablement vagabonder entre les rues à la recherche d’un plat intéressant et atypique, après le plaisir pris à faire gouter à mes amis le porc baozi que l’on trouve à Chinatown. De telles expériences nous rappellent à nous, ‘Melbournians’, que notre interconnexion, malgré nos différences, encourage la tolérance, la créativité et l’ingéniosité.

Tu m’as soutenue en tant qu’enfant quand je mâchais bruyamment les dumplings de Sunday Yum Cha, absorbant la sauce chili du bol blanc. Tu m’as de nouveau acceptée quand je m’égarais à travers tes ‘laneways’, telle une ado angoissée, désespérée de déclarer mon amour bref, mais intense, pour la mode alternative. Et, alors que maintenant, je me plains souvent de tes transports publics et parfois de tes biens si chers, je suis impatiente à l’idée de penser aux façons où tu me démontreras ton amour alors que je deviens adulte.

article-2325498-19D6CF64000005DC-862_634x415

Melbourne, parfois les gens ne veulent pas subir une vie frénétique, une vie ponctuée par une myriade d’évènements et d’attractions. C’est en disant cela que je te remercie d’être, de façon unique et sans en éprouver la moindre honte, toi-même.

Et au fait, ton café n’est vraiment pas mal non plus.

 

Publicités