The Typewriter en voyage à Toulouse, la Ville Rose !

« Il est loin mon pays, il est loin, parfois au fond de moi se ranime l’eau verte du Canal du Midi, et la brique rouge des Minimes … Ô on pais, Ô Toulouse … »  Comment débuter cet article consacré à ma ville natale autrement qu’en rappelant les célèbres paroles de celui qui rendit un bel hommage à Toulouse ? Cher Claude Nougaro, nous, Toulousains, te remercions encore.

Par Marion Marigo

Toulouse, la « Ville Rose » comme on l’appelle. Rose, grâce à ses bâtiments en brique rouge, celle la même qui rappelait, dans les siècles passés, que la ville était pauvre et n’avait les moyens d’acheter des pierres blanches, contrairement à Paris ; cette brique rouge qui, aujourd’hui, donne ses charmes à la ville, sa chaleur, son sentiment de simplicité si facile à apprécier.

En France et à l’étranger, Toulouse évoque plusieurs choses. A commencer par le rugby (oui, Toulouse fait partie de ces clubs qui forment les meilleurs joueurs au monde – et personnellement je reste convaincue que le Stade Toulousain est le meilleur club de France, si, si, si.). D’ailleurs, un conseil : ne commettez jamais l’erreur de confondre Toulouse avec Toulon, et le Stade Toulousain avec le Rugby Club Toulonnais. Non, nous ne portons pas les mêmes couleurs ; Toulouse est rouge est noir ; les autres sont, eh bien, noir et rouge. Vous ne vous ferez pas un ami si vous confondez les deux, croyez-moi.

Toulouse 5

Toulouse, c’est également le pays de la « chocolatine », comme mes amis parisiens aiment en rire. Pour les non initiés, une chocolatine est en réalité un pain au chocolat ; mais dans les vraies boulangeries toulousaines, un pain au chocolat n’existe pas. On dit une chocolatine ; c’est tout. Et vous mettez la chocolatine dans une poche, et non un sac plastique. Oui, parce que sinon, ça pègue, et non pas ça colle. Ce n’est pas le coffre de la voiture, c’est la malle. Ce n’est pas le pastis, c’est le Ricard. Les enfants ne touchent pas à tout, ils tchaopinent. On ne dit pas plus, mais plussss. On ne dit pas jaune (jône) et rôse, mais « jaaaaune » et « raaause ». Et ne vous sentez pas insulté si un Toulousain vous traite de « con ». Chez nous, c’est plus une ponctuation qu’une réelle insulte ; à la limite, c’est même une marque d’affection.

Toulouse est également connue, à tort, pour son cassoulet. Chers amis, le cassoulet vient de Castelnaudary, pas de Toulouse, arrêtons de leur voler la vedette. En revanche, les saucisses de Toulouse sont bien de chez nous.

Toulouse 3

Après tout, je ne souhaite qu’une chose : que vous vous sentiez à Toulouse comme à la maison.

Ainsi, de Toulouse, vous ne connaissez qu’une toute petite partie. Vous ne vous êtes jamais volontairement perdus parmi les petites rues pavées de cette magnifique ville. Vous n’avez pas, non plus, fêté la fête de la Musique sur les berges de la Garonne, à partager quelques bouteilles avec des inconnus qui deviendront vos meilleurs amis le temps d’une soirée. Vous n’avez pas pris un verre, ou deux, ou dix, dans les innombrables bars et cafés que l’on trouve dans cette ville, pas plus que vous ne vous êtes arrêtés pour chiner dans ses friperies. Vous n’avez pas non plus remarqué l’architecture particulière de la place Goudouli (communément appelée place Wilson). Vous n’êtes pas entrés dans le Capitole pour admirer les gigantesques tableaux qui y ornent les murs. Vous n’avez pas remarqué la Croix Occitane dessinée sur la place du Capitole, et vous n’avez jamais levé la tête pour admirer ce qui est la plus belle façade de la région.

Vous n’êtes pas montés sur le toit des Galeries Lafayette pour admirer la ville et saisir pourquoi on la dénomme « Ville Rose ». Vous n’avez jamais été parmi les 10 000 et quelques supporters du Stade Toulousain, venus applaudir leur équipe qui soulève le Bouclier de Brénus ou autre trophée. Vous n’avez jamais visité les musées qui retracent l’histoire de la ville. Vous n’avez pas réalisé à quel point les prix étaient bien plus bas que la plupart des autres grandes villes françaises. Etudiants, vous n’avez jamais bénéficié de transports illimités pour 10€ par mois. Et vous n’avez jamais fait le tour des bars à St Pierre. Vous n’avez jamais ri en entendant le métro toulousain énoncer le nom des arrêts en occitan. Vous n’avez peut-être pas non plus remarqué que certains établissements scolaires sont parmi les meilleurs en France (lycée/prépa Fermat, Toulouse School of Economics – qui nous offre des prix Nobel d’économie de temps en temps, et autres). Vous n’avez pas non plus réalisé que Toulouse se trouve à une heure de la mer Méditerranée, deux grosses heures de l’océan Atlantique et des Pyrénées, trois heures de l’Espagne, et que tout se trouve à proximité. Vous n’avez pas réalisé à quel point la mentalité de Toulouse est celle du Sud-Ouest, à savoir la préférence de la simplicité et l’amitié sincère aux aspects superficiels et aux innombrables amis.

Bref, chers lecteurs, vous connaissez Toulouse de nom, parfois de réputation, mais vous ne connaissez pas à proprement parler cette ville. Pour avoir beaucoup voyagé et échangé, en France et à l’étranger, laissez-moi vous dire que tous ceux qui ont décidé de passer quelques jours dans cette ville en sont tombés sous le charme. Je ne peux que vous encourager à venir passer quelques jours (et vous prolongerez votre séjour) dans cette ville qui symbolise parfaitement ce qu’est le Sud, avec un grand S. Je me ferai un plaisir de vous guider. Après tout, je ne souhaite qu’une chose : que vous vous sentiez à Toulouse comme à la maison. Abandonnez tout aspect superficiel à l’endroit d’où vous venez et laissez-vous aller à la sincérité de la ville. Et en tant que Toulousaine, il n’y a rien de plus plaisant que d’entendre de votre part : « Cette ville est vraiment agréable, on s’y sent bien. Très bien. ». J’ai eu beau l’entendre des dizaines de fois, c’est le compliment le plus sincère et le plus juste que l’on puisse faire à cette ville atypique.

Français, la prochaine fois que vous chercherez une destination pour vous évader, pensez à la quatrième ville française. Amis étrangers, je vous encourage à réaliser que la France ne se résume pas à Paris et la Côte d’Azur (qui ont évidemment leurs atouts), et que le Sud Ouest sera surement le détail qui rendra votre séjour définitivement inoubliable.

Au fait, si vous vous essayez à imiter l’accent toulousain, qui est au passage l’accent le plus sexy de France (http://www.lepoint.fr/insolite/l-accent-toulousain-est-le-plus-sexy-de-france-28-01-2013-1620965_48.php), évitez encore une fois de vous tromper et de prendre un accent marseillais. C’est très insultant pour un toulousain ; non, on ne dit pas « peuchère » ; bref, non, ce n’est pas la même chose, ce n’est pas le même Sud. Putain con.

Processed with VSCOcam with f2 preset

Publicités