The Typewriter en voyage à Bombay : ville à l’esprit invincible!

« Parce qu’elle me rend valeureux, et parce qu’elle me rend fier […] Sa puissance est supérieure à la mienne, et je mets alors la mienne à son service ! » Tels sont les mots utilisés par Rudyard Kipling pour désigner Bombay dans son oeuvre « A la Ville de Bombay ».

Par Adwaita Bhagwat – Traduction : Vincent Escoffier

Comme Kipling, c’est là que je suis née, et je ne peux pas m’empêcher d’aimer ma ville natale.

Bombay (ou Mumbai) est considérée comme la cité des rêves, car tout y est possible. Des gens venus de toute l’Inde se sont amassés ici pour vivre dans cette cité majestueuse. Je suppose que c’est cette unité qui fait l’unicité de Bombay. Elle est connue pour son mode de vie multiculturel, des palais des stars de Bollywood aux bidonvilles de Dharavi.

Ce qui était jadis un archipel de sept îles est désormais unifié sous la seule bannière de l’ile de Bombay. Le cosmopolitisme de Bombay repose sur des influences culturelles mogholes, portugaises et britanniques. En plus d’être un site historique et un centre d’affaires, Bombay est embellie par ses longues plages ainsi que par sa ligne d’horizon jalonnée par les gratte-ciels. Le meilleur point de vue pour la contempler est Marine Drive, ou « Collier de la Reine ».

Chhatrapati_Shivaji_Terminus_(Victoria_Terminus)

Le terminus Chhatrapati Shivaji (ancien Victoria Terminal), un exemple de fusion architecturale

Les grottes d’Elephanta, non loin de la baie de Bombay, sont une authentique splendeur antique. Ils représentent l’amalgame entre architectures de pierre taillée bouddhiste et hindou. Elles sont le symbole de la tradition qui veut que Bombay se soit bâtie sur des principes séculiers de multiculturalisme.

Autre caractéristique unique de Bombay : son train urbain qui accueille 7 millions de voyageurs quotidiennement. Oui, quotidiennement ! Cela comprend les milliers de personnes qui migrent tous les jours vers la ville. Cela en fait l’un des systèmes de transport public urbain les plus utilisés au monde. Souvent nauséabondes, les stations de train de Bombay ne cessent d’étonner. Il est fréquent et tout à fait normal de voir des voyageurs accrochés aux wagons ou assis sur le toit des rames.

16258560704_d77f5da7df_b

La réalité de Bombay reste celle d’un développement et d’une urbanisation inégaux.

La réalité de Bombay reste celle d’un développement et d’une urbanisation inégaux. À chaque fois que je quitte Pune pour Bombay, je constate l’état misérable des banlieues et des abords de la ville. Les gens qui y vivent n’ont pas accès aux services de base tels que l’eau courante, l’électricité ou les transports publics, alors que le « Vieux Bombay » ne manque jamais de rien.

Il ne faut pas oublier l’importante contribution venue de Bombay qu’est Bollywood. Cité du film indien, Bombay abrite l’industrie du cinéma qui produit des centaines de films par an et brasse des millions de dollars. Le Festival Kala Ghoda est un régal pour les férus d’art, et le parc d’attractions Essel World ravit les enfants comme les adultes. Le bhel qui vous sera servi sur la plage Juhu est également un vrai délice.

tour_img-71210-48

Bombay est également l’un des principaux ports de l’Inde. La Porte de l’Inde, monument colossal qui fait face à la mer d’Arabie, construite à l’occasion de la venue du roi George V, offre une magnifique vue sur la baie.

Gateway_of_India

Ceci dit, je pense personnellement que quelques immeubles, monuments, ou avenues remarquables ne suffisent pas à faire une ville. Ce sont les gens qui en façonnent les caractéristiques. Les habitants de Bombay sont infatigables et déterminés, et ils ne se sont jamais laissés abattre, même en temps de crise. Bombay a été le théâtre de plus de dix actes terroristes depuis 1993. Même après l’attaque atroce de l’hôtel Taj en 2008, les habitants se sont défendus avec audace. La bourse de Bombay avait rouvert dès le lendemain. Même ruinés, et endeuillés, les habitants ont gardé courage.

Taj_Mahal_Palace_Hotel

Le majestueux hôtel Taj, cible des attaques de 2008

Lors des attaques de trains en juillet 2006, même les plus démunis servaient du thé et des biscuits à ceux qui étaient venus en aide à la police pour secourir les survivants. Lorsque les rues de Bombay furent inondées en 2005, les gens se sont naturellement portés volontaires et se sont spontanément organisés en groupes pour secourir des étrangers. Ces groupes étaient composés de médecins, d’ingénieurs, mais aussi de chauffeurs de pousse-pousse. Des gens de toutes les régions, de toutes les castes, et de toutes les nationalités se sont entre aidés.

Ironiquement, ce que je préfère chez les habitants de Bombay, c’est leur propension à s’occuper de leurs affaires (ce qui est rare en Inde). Mais en temps de nécessiter, lorsque leur ville est menacée, leur capacité à fonctionner en entité unie et organisée et impressionnante. C’est là le vrai visage de la cité qui ne dort jamais !

Avec son nouveau Sea Link Bridge ainsi que le nouveau terminal international de l’aéroport, Bombay se place indubitablement comme une métropole de premier plan. Elle est sur le chemin pour devenir la ville la plus riche d’Asie d’ici 2020. Bombay est vraiment la « porte de l’Inde » !

Mumbai_skyline88907

Sea Link Bridge, signe de la transformation de la cité
Publicités