À la découverte de soi et des autres

Par Anissa Marouan – Crédits photos Anissa Marouan


« Je me sens comme à la maison » : phrase dite spontanément hier lors d’un trajet en tuk tuk au milieu d’une ville poussiéreuse du Cambodge.

Déjà quatre mois à travers l’Asie du Sud Est et pour moi, un premier long voyage en sac à dos. Une aventure longtemps rêvée et imaginée… Mais pendant un long moment je la croyais réservée aux autres. Finalement, se lancer est une question de choix de vie. Mais ça a été mon choix de vie. Parce que voyager a toujours fait remuer mes tripes, et je savais, après mon diplôme en poche, que mon tour était arrivé. J’avais envie d’aller voir un peu ce qui se passait derrière ma porte.

credit MAROUAN ANISSA
Cambodge
Laos
Laos
Cambodge
Cambodge
Cambodge
Cambodge
13217329_1150522584992288_4708213546232097008_o
Cambodge

Le périple a commencé par une expatriation de plus d’un an sur un petit paradis qu’on appelle Nouvelle Calédonie pour affirmer ma passion de découverte. J’ai été, on peut le dire, contaminée par ce virus qu’on appelle ‘voyage’. On le rêve, on l’imagine, on le prépare (enfin moi pas vraiment, je l’avoue…), et on l’idéalise d’une manière puissante. C’est vrai, on rêve de choc culturel, de nuits chez l’habitant en mode « Rendez-vous en terre inconnue », on pense aussi que les nouilles c’est la vie… Et puis un jour, voilà, on arrive à Singapour à trois heures du matin et on se retrouve à la porte de la guesthouse que nous avions réservée.

Et bientôt la simple vue de nouilles nous fout la nausées (et des fois des problème gastriques, aussi). Welcome to Asia ! Le sourire aux lèvres malgré les péripéties, on apprend à s’adapter à cette nouvelle façon de vivre. Je connais le « casse pas la tête » calédonien, j’ai découvert le « casse toi encore moins la tête » de l’Asie. Parce qu’au final, ici, quoi qu’il t’arrive, il y a toujours une solution à ton problème.

Laos
Laos
Laos
Ko Phi Phi, Thailande
Laos
Laos

On a vraiment envie de croire que plus les gens sont pauvres, plus ils te donnent.

Laos
Laos
crédits ANISSA MAROUAN
Thailande
Malaisie
Malaisie

J’écris en ce moment, dégoulinante de sueur, chez une famille cambodgienne habitant dans un village flottant. En arrivant en barque, j’ai pu découvrir le coiffeur flottant, l’école flottant, et même l’église flottante… Alors plus rien ne m’étonne sur ce continent. Je vais même dire que tout me fascine, encore et encore… Les paysages m’émerveillent, par leurs contrastes et par le fait qu’ils peuvent autant être sublimes que te révolter (parmi les nombreux problèmes qu’on ne peut nier : la pauvreté, la pollution…).

Les populations m’ébahissent, souvent par leur simplicité de vivre, leur gentillesse et leur respect. On a vraiment envie de croire que plus les gens sont pauvres, plus ils te donnent. Durant ce voyage, on m’a beaucoup donné. On m’a donné l’envie de profiter encore davantage des moments simples que la vie nous offre. J’ai eu le cadeau de milliers de sourires sans rien en retour, de la tranquillité, et de la patience. Mais ce voyage m’a également enseigné de nombreuses occasions de relativiser sur la vie.

Laos
Laos
Thailande
Thailande

Voyager n’a pas été seulement traverser des frontières, ce fut aussi pour moi une exploration intérieure, qui certes n’est pas tous les jours facile, mais qui fait grandir.

Mae Hong Song, Thailande
Mae Hong Song, Thailande
Thailande
Thailande
Cambodge
Cambodge

Aujourd’hui quand je lis que « le voyage nous fait, nous défait, il nous invente », j’en suis plus que convaincue. Tout en restant moi même, je pense profondément que le voyage me change. On évolue, notre esprit s’ouvre d’avantage et forcément, on s’affronte soi-même. Voyager n’a pas été seulement traverser des frontières, ce fut aussi pour moi une exploration intérieure, qui certes n’est pas tous les jours facile, mais qui fait grandir.

A présent, il est bientôt l’heure de retrouver mes proches, ma région et mes habitudes de vie après presque deux ans d’absence. Beaucoup de joie à cette idée me traverse mais aussi tellement d’appréhension pour ce retour dans le connu. Choc culturel inversé, mal du pays dans son propre pays. Jusqu’à la prochaine aventure, qui ne saura tarder.

J’ai compris que chez moi peut être ailleurs, que le possible peut être ailleurs aussi, que les mentalités peuvent être autrement. Ce n’est que le début du voyage, car il demeure sans fin.

11140007_1129673720410508_4579882824915008354_n
Laos
13235135_1150540098323870_3330750286897497044_o
Cambodge

 

12512393_10208612445736011_7935526298851624980_n
Thailande

Merci d’apprécier et de respecter la beauté du partage, en cas d’usage, les crédits des photos reviennent à Anissa Marouan ❤.

Publicités